Sommaire Introduction Causes Conséquences Projection dans l'avenir

Liens

Contacts

Bibliographie

Lexique

 

LES CONSEQUENCES DES PRECIPITATIONS ACIDES

 

Lacs, Rivières, ... :

L'acidification des lacs par exemple est augmentée par la fonte des neige au printemps en plus de la pollution par la pluie. Comme tout le monde le sait le printemps est la saison des amours et les premiers à souffrir de cette baisse de pH sont les oeufs qui donnent soit des êtres déformés ou rien du tout. Comme exemple on peut donner celui de la Norvège au printemps 1984, le rivière Vikadel a atteint un pH de 3,8.

Tableau montrant les effets du pH sur les poissons:

Schéma montrant l'acidification d'un plan d'eau à partir d'une pluie acide et par le parcours de cette dernière dans le sol :

 

L'acide sulfurique, présent dans les lacs, diminue la capacité des poissons à capter l'oxygène et les minéraux, ce qui a pour conséquence une baisse de la reproduction de ceux-ci. Ensuite les pluies acides transportent des métaux toxiques dans les lacs, ceux-ci sont absorbés par les poissons ce qui aboutit à une augmentation de la mortalité. Par exemple le mercure est un métal toxique, son niveau sécuritaire est de 0,05 partie par million, mais les Inuits du Canada et de l'Alaska mangent du poisson ayant 15,7 ppm en moyenne.

 

Nappes phréatiques et sources :

Ces lieux sont moins touchés compte tenu de leur profondeur, de leur concentration en calcium, et de la vitesse de ruissellement de l'eau piégée dans le sol en fonction des pressions.

 

La présence dans l'air de dioxyde de soufre et de dioxyde d'azote entraînent des problèmes respiratoires tels que l'asthme, la toux sèche ou bien des irritations aux yeux, au nez et à la gorge. 

 

Les bâtiments et les statues de calcaire et de marbre sont les principales victimes des pluies acides. En effet, ces roches se transforment peu à peu en gypse à cause de la dissolution des dépôts protecteurs par les pluies acides. Les pierres sont également dégradées en profondeur par la formation d'alvéoles qui augmentent leur surface de contact avec l'air, donc facilitent l'érosion.

 

Lorsque le pH diminue, des réactions chimiques font que les métaux lourds sont ingérés par les plantes. Cela cause la mort des arbres par le manque de minéraux comme le calcium ou le magnésium. Le dioxyde de souffre, non converti en acide se retrouve dans les feuilles où il nuit au processus de photosynthèse. Des expériences ont démontré qu'une augmentation de l'acidité des pluies cause la mort d'un plus grand nombre de bourgeons et donc d'arbres.

Les dépôts secs de NOX et de SO2 se combinent pour former de l'acide sulfurique et de l'acide nitrique dans les racines.

Le dépérissement des forêts est surtout dû à l'action destructrice de l'ozone sur les cellules foliaires. Ce processus est accentué par les pluies acides qui appauvrissent les sols en ions, éléments nutritifs.

Le dépérissement forestier touche l'ensemble du massif français, dont la variété la plus atteinte est les résineux (10 à 25%)

Cas particulier des Vosges :

Dans les Vosges 15% des arbres sont touchés par le jaunissement, la décoloration des feuilles ou une défoliation prématurée provoquée par des carences nutritives en magnésium et calcium et ce en particulier sur les épicéas. L'acidification des sols conduit à une diminution de la capacité des racines et des mycorhizes des arbres à prélever les éléments nutritifs. De plus les dépôts en azote augmentent les besoins nutritifs des arbres alors que parallèlement les ressources sont réduites. Si les précipitations acides sont suivies d'une période de sécheresse le manque d'éléments nutritifs ajouté au manque d'eau entraîne une diminution de la photosynthèse.

Au niveau de la flore, les espèces nitrophiles et acidiphiles prennent le pas sur les autres espèces ce qui provoque à long terme un appauvrissement et une banalisation de la flore régionale.

 

 

Haut de Page